Comment Obtenir le Meilleur Mixage et Mastering pour sa Musique ?

meilleur mixage mastering

Une fois n’est pas coutume, je vous propose aujourd’hui d’aborder des questions d’ordre technique, mais qui vont faire toute la différence auprès des professionnels et du public, si vous ne les négligez pas !

Ça y est vous avez composé votre morceau, vous l’avez écrit, arrangé et joué en live.

Maintenant l’enjeu pour vous est de pouvoir diffuser votre musique auprès du plus grand nombre, que ce soit par voix digitale, par ondes radiophoniques ou sur supports physiques tels qu’un CD.

Après l’étape créative viennent donc les étapes techniques et là, les choses se compliquent souvent, surtout quand on n’est pas ingé-son de formation…

Dans cet article, nous allons donc revenir sur certains points essentiels du mixage et du mastering afin de pouvoir obtenir le meilleur rendu final possible, et ce, à moindre coût.

Attention : il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance de l’enregistrement et de la post-production audio. Ils doivent mettre en avant vos œuvres et garantir à l’auditeur la meilleure des expériences auditives !

1. Comment réussir l’enregistrement de vos pistes ?

Dans un monde idéal, l’enregistrement de vos pistes peut se faire par le biais d’un professionnel, en studio.

Cette solution vous permettra, notamment pour l’enregistrement des pistes de batterie par exemple, d’obtenir le meilleur des résultats.

Cependant, grâce à la démocratisation du matériel audio, vous êtes aujourd’hui de plus en plus nombreux à effectuer cette tâche en home studio.

Il existe des dizaines de sites très complets portant sur ce sujet, voici juste quelques règles de base à respecter :

  • Respectez une cohérence dans votre chaîne d’enregistrement (micro -> préampli -> Carte-son), inutile d’avoir un micro extraordinaire si votre préampli ou votre carte-son sont du bas de gamme.
  • Enregistrez toujours avec une résolution numérique de 24bits. À la différence de la fréquence d’échantillonnage, ça ne demande presque pas plus de ressources à l’ordinateur, et vous garantit une grande marge de dynamique à la prise.
  • La fréquence d’échantillonnage doit correspondre au minimum au format de destination (44.1kHz pour du CD, 48kHz pour de la vidéo, etc.). Si vous avez de la puissance en réserve, vous pouvez utiliser des fréquences d’échantillonnage plus importantes, mais à vous de voir si la différence audible sur le média final vaut le coup…
  • Lors de l’enregistrement, réglez le gain pour que le signal ne dépasse jamais -6dBFS, et si possible moins que -12dBFS pour plus de sécurité. Étant en 24bits, vous n’avez pas à vous soucier d’être plus proche du zéro que ça !
  • Pour le placement des micros, vous pouvez vous référer aux nombreux tutos qui existent sur le Net, mais ne perdez pas de vue que le plus important est le son ! Si vous obtenez un son qui vous plait avec un placement étrange, c’est celui-là qu’il faut garder…

reussir prise de son

2. L’importance du mixage et du mastering

Vos pistes sont enregistrées, maintenant il s’agit d’appliquer un traitement audio piste par piste afin de régler certaines sonorités.

Le mixage permet entre autres de jouer sur :

  • La dynamique : il s’agit de contrôler de manière automatique les variations de volume d’un son. Les outils utilisés sont les compresseurs, limiteurs, gate, expandeurs, etc. Cela permet de rendre cohérents les volumes des sons entre eux, ou encore de donner plus ou moins de « punch ».
  • Les fréquences des sons : avec les égaliseurs (EQ), on peut régler les graves, médiums, aigus de chaque piste. Cela permet faire tenir ensemble des sons qui se superposeraient normalement, et éviter ainsi une « bouillie » sonore… Tous les sons ressortent. On peut aussi se servir de ces outils pour sculpter le son…
  • La spatialisation : grâce aux effets temporels (réverbération, delay, flanger, echo, etc.), vous allez pouvoir décider de la dimension que doit avoir votre morceau. Vous pouvez ainsi « placer » chaque son dans un espace en trois dimensions imaginaires.

Une fois le mixage fini, le mastering consiste à appliquer les mêmes types de traitements sonores que le mixage, mais sur une piste stéréo et de conformer le morceau aux critères audio actuels.

L’une des finalités du mastering consiste aussi à homogénéiser un ensemble de morceaux pour en faire un album ou bien un EP.

L’écoute et l’enchainement des pistes est alors agréable et harmonieux.

mastering pas cher

3. Déléguer le mixage et le mastering ?

La théorie, c’est bien, mais en pratique comment fait-on pour s’assurer d’obtenir le meilleur résultat final, si on ne souhaite pas passer des centaines d’heures à se former au métier du son ?

En effet, pour énormément de musiciens le problème n°1 est celui du temps et bien qu’il existe de nombreux avantages au fait de se former à la production, au mix et au mastering, une telle charge de travail peut ralentir la progression de leur carrière musicale.

Ainsi, une alternative consiste à déléguer ces tâches en ligne (afin de minimiser les coûts). Le souci, c’est que sur la plupart des plateformes, une fois qu’un travail est terminé, le seul choix à notre disposition est celui d’accepter ou de refuser le rendu final.

C’est ok ou pas ok.

En bref, difficile de vraiment choisir votre son.

Comme dans le choix d’un studio, on se laisse simplement influencer par l’identité, le matériel ou la réputation de l’ingénieur du son.

C’est pourquoi aujourd’hui je suis ravi de vous présenter une alternative innovante pour déléguer vos mixages et mastering !

moja audio

J’ai récemment découvert le service Moja-Audio et j’ai été séduit par l’approche « concours », similaire à ce qui se fait du côté de 99designs avec la création visuelle.

En effet, ce service permet aux musiciens de lancer des concours de mixage ou de mastering auprès d’une communauté d’ingénieurs du son triés sur le volet.

Le but ? Trouver l’ingénieur du son qui leur correspond.

Pour cela, le musicien définit son besoin et ses attentes via un formulaire de création de concours, il télécharge ses pistes au préalablement enregistrées, procède au paiement de la prestation et lance son projet.

Seuls les ingénieurs du son inscrits au concours ont accès aux pistes brutes du musicien. Les ingés travaillent le morceau selon les indications données par le musicien et lui envoient un extrait.

Par la suite, le musicien compare les différentes propositions reçues et effectue son choix sur le seul critère qui compte réellement : celui du son !

C’est simple, bien pensé et plutôt intuitif.

Les avantages pour les musiciens sont multiples :

  • Trouver facilement l’ingénieur du son qui comprend votre musique
  • Possibilité de travailler avec des ingénieurs du monde entier
  • Collaboration sans accro et sécurisée (paiement, envoi de fichier et chat sécurisés)
  • Pas de risque financier : vous êtes remboursé si vous ne trouvez pas chaussure à votre pied
  • Un prix juste (qui est basé sur les prix moyens des studios de milieu de gamme en France)

En bref, une excellente manière d’obtenir plus rapidement des tracks prêtes à être diffusées !

Enjoy ! :)

Musicalement,

Guillaume de Marketing Musical

>