La Mentalité de l’Artiste Fauché TUE vos Chances de Percer

Avez-vous déjà entendu dire :

  • Qu’il est impossible de vivre de sa musique ?
  • Que vous devriez vraiment trouver un autre job ou avoir un plan de secours ?
  • Que les « vrais » artistes sont condamnés à ne jamais gagner assez d’argent ?
  • Que les seuls qui réussissent sont ceux qui vendent leur âme et sacrifient leur art ?

En tant que musiciens, on entend tous les jours ce type d’affirmation.

Et pour cause, la vaste majorité des musiciens sont totalement fauchés. Et pire, ils en sont fiers.

Un artiste fauché est un artiste qui croit qu’il doit sacrifier son bien-être matériel s’il veut produire des œuvres d’art dignes de ce nom. Généralement ses revenus sont très limités et il s’inspire d’artistes plus ou moins maudits pour se complaire dans sa mentalité.

Bien entendu, l’artiste fauché rêve en secret de connaître un certain succès, mais ayant du mal à percer, il justifie sa situation en invoquant le fait que de toute façon l’industrie musicale est réservée aux vendus et que son art vaut mieux que ça.

En bref, il dénigre allégrement ceux qui réussissent et ceux qui se battent pour ne pas rester des artistes fauchés.

Alors, personnellement je n’essaye pas de raisonner ces personnes, car c’est très souvent perdu d’avance.

Toutefois, j’ai choisi de rédiger cet article afin que vous ne tombiez pas dans les mêmes travers, faute de patience. Car c’est cette mentalité fataliste qui fait qu’un grand nombre de musiciens abandonne leurs rêves.

1. Aucune compétence entrepreneuriale + mauvaise mentalité = Artiste Fauché et Frustré

Les artistes fauchés refusent de reconnaître que leur réussite dépend avant tout d’eux-mêmes et non des autres.

Oui, c’est difficile de réussir dans la musique, mais il y a énormément de manières de rester maître de son art, d’être financièrement indépendant et ne pas avoir à sacrifier quoi que ce soit.

Comme on l’a déjà vu, vous n’avez pas besoin de jouer devant des millions de personnes pour gagner votre vie, juste 1000 peuvent suffire.

Mais pour cela il faut arrêter de rejeter l’aspect commercial d’une carrière musicale et prendre ses responsabilités.

Devenir musicien professionnel, cela demande du talent, mais aussi de savoir comment pérenniser un tel projet.

Le métier de musicien a énormément changé ces dernières décennies. Tout n’est pas parfait, mais absolument rien ne condamne un artiste à rester fauché, mis à part sa propre mentalité.

Non, vous n’avez pas besoin de souffrir ou de faire voeu de pauvreté pour être un véritable artiste. Votre art n’en sera pas meilleur et je vous dirais même que c’est souvent l’inverse.

Il faut arrêter de considérer l’industrie musicale comme étant votre ennemi et de voir le monde en noir et blanc.

Aujourd’hui, les intermédiaires ont quasiment tous disparu ou muté. Par conséquent, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas vendre directement votre musique à vos fans. Il s’agit d’une méthode à vrai dire, mais il en existe bien d’autres pour tous les types de musiciens.

Un artiste fauché est un musicien amateur aigri qui rejette la professionnalisation, car il ne comprend pas que le métier de musicien n’a rien d’inné.

Malgré tout le talent que vous pouvez avoir, dans 99% des cas, vous ne savez pas comment vous développer de A à Z et faire croître votre carrière musicale sur la durée.

Vous avez certainement une idée assez vague qui vous est venue en observant d’autres projets musicaux. Mais c’est souvent bien loin de la réalité ou totalement dépassé, comme par exemple le fait d’attendre de se faire remarquer par un label ou un manager.

Par conséquent, la plupart des artistes émergents vont travailler avec acharnement dans une direction, sans se rendre compte qu’ils passent à côté des éléments les plus importants de leur développement.

Faute de recul, ils vont se focaliser sur R, S et T plutôt que sur A, B et C, puis se plaindre que le système est contre eux.

La vérité est que vous avez toutes vos chances. Tout est possible. Mais avez-vous vraiment tout essayé ?

Le marché de la musique ne manque pas d’opportunités contrairement à ce que vous pourriez penser. Il y en a pour vous et il y en a pour les autres.

Mais pour les saisir, vous devez :

  • Vous former afin de pouvoir les identifier
  • Vous préparer afin de donner ce qu’on attend de vous
  • Avoir la mentalité d’un Musicien-Entrepreneur et réaliser que vous avez vous aussi votre chance

Et ce dernier point est capital. Tout peut changer en fonction de votre mentalité. Tout tourne autour de cela.

La patience est nécessaire, mais c’est votre manière de voir les choses sur la durée qui vous permettra de ne pas abandonner et d’avancer durant les périodes de doute.

artiste-frustration

2. Ne les écoutez pas, soyez flexible et positivez

En remplissant votre esprit de pensées négatives vis-à-vis de votre carrière, vous compromettez toutes vos chances de réussir.

Le souci c’est que trop d’artistes se complaisent dans le pessimisme, l’aigreur et le fatalisme.

Ils ont échoué après avoir essayé une (1) méthode, ils sont contents de pouvoir crier sur tous les toits que la musique n’est pas une vocation viable et… ils persistent dans la même direction ou abandonnent.

Les artistes fauchés et frustrés :

  • Attendent et prient au lieu d’agir avec discernement
  • Ne prennent pas soin d’eux et de leur carrière
  • Se plaignent que personne ne reconnaisse leur talent
  • Ne sont pas prêts à faire ce qu’ils devraient vraiment faire
  • Estiment qu’ils n’ont pas besoin de se former
  • Ne veulent pas mettre en place de stratégie sur le long terme
  • Se victimisent pour justifier leur incapacité à viser plus haut
  • Cherchent à tout déléguer, alors qu’ils n’ont pas les moyens de payer quelqu’un
  • Sabotent leur projet musical et restent pour toujours des musiciens amateurs

Peut-être que vous vous êtes reconnu dans un ou plusieurs de ces points. C’est normal, car on passe tous (ou on est tous passé un jour) par là.

Cependant, la transformation dans votre carrière arrive quand vous commencez à changer radicalement de mentalité et que vous devenez conscient des mauvaises habitudes que vous avez prises et qui vous empêchent de passer au niveau supérieur.

Prenons l’exemple très concret de la relation artiste-fan pour illustrer les mauvaises habitudes et comment votre état d’esprit peut tout changer.

Si vous voulez construire une communauté solide, vous devez faire preuve de confiance en vous. Personne ne veut suivre un musicien dépressif, qui mendie et qui affirme qu’il n’a aucune chance.

De la même manière, que pour les équipes sportives par exemple, les fans veulent soutenir un projet musical gagnant, qui démontre son plein potentiel et qui a un plan pour conquérir le monde.

Ils veulent faire partie d’une aventure et non suivre un artiste par pitié.

Si l’artiste triomphe, les fans gagnent aussi. Mais si vous ne parlez que de vos échecs et de vos difficultés au quotidien, vos fans perdront tout leur enthousiasme, car ils doivent déjà gérer leurs propres problèmes et ne veulent pas des vôtres.

Bien sûr, vous devez faire preuve de transparence et d’authenticité avec le public.

Mais mettre en avant que vous êtes un artiste fauché est la meilleure manière de faire fuir tout le monde.

Votre but en tant qu’artiste est de réunir les gens en partageant des ondes positives et de la joie. Si vous ne faites que parler d’à quel point votre carrière est difficile à gérer, elle ne pourra qu’en être plus dure.

Par conséquent, restez positif, inspirant et partagez avant tout vos réussites.

Vos états d’âme n’intéressent personne, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la vraie vie. Si vous voulez être un musicien pro, réagissez comme tel. Gardez vos émotions négatives pour votre prochain album.

En corrigeant une telle mauvaise habitude, vous pourrez être sûr que la relation que vous entretenez avec vos fans connaîtra un bond sans précédent et que votre networking sera plus efficace.

Conclusion

La mentalité de l’artiste fauché vous éloigne des opportunités intéressantes, mais contribue également à faire fuir les fans et les pros.

Vous POUVEZ réussir. Tout est possible aujourd’hui, mais vous devez faire preuve de patience, de flexibilité et d’ouverture d’esprit si vous voulez construire une vraie carrière musicale, plutôt que de rester à jamais un musicien amateur.

Ne vous laissez pas décourager par ceux qui ont échoué avant vous et comprenez que votre mentalité passe avant tout le reste dans votre réussite.

Musicalement,

Guillaume de Marketing Musical

  • Bonjour Baptiste,
    Ce blog est en effet dédié avant tout aux musiciens souhaitant se professionnaliser et je ne m’adresse en aucun cas dans cette article aux musiciens amateurs et souhaitant le rester.
    Par ailleurs, on parle ici de mentalité et d’esprit entrepreneurial avant de parler budget. Je vous invite vraiment à (re)lire l’article, car il s’agit d’un point essentiel que vous avez visiblement omis.

    • Baptiste

      J’ai relu l’article et il y a toujours quelque chose que je trouve méprisable envers l’amateurisme. Celui-ci est vu comme un point de départ voire un échec si l’on arrive pas à devenir professionnel : »plutôt que de rester à jamais un musicien amateur ». Si votre site est censé avoir comme cible le musicien qui se professionnalise, des amateurs peuvent tomber dessus et voir dedans que le statut de musicien amateur n’est qu’une case départ qu’il faut absolument quitter si l’on veut être crédible dans le milieu de la musique.
      Aussi, si la mentalité et l’esprit entrepreneurial est une partie de votre article (avec le défonçage de ce pseudo artiste fauché), il manque tout de même une partie importante sur le fait que tous les artistes ne sont pas égaux face à l’entreprise de devenir professionnel et ça c’est un élément essentiel que vous avez omis vous aussi. Chacun ne va pas échouer de la même manière et avec la même puissance (sachant que chacun n’a pas les mêmes moyens d’investir.
      Vous ne pouvez pas dire « arrêtez de vous plaindre, se plaindre, c’est être un faible et vous ne réussirez jamais si vous êtes un faible » sans mentionner le fait que beaucoup d’artistes qui essayent se retrouvent au casse pipe.
      Et bon sang, c’est quoi cet acharnement sur le fait de se plaindre de son milieu, Evidemment qu’il est nécessaire de se plaindre des travers du milieu musical, il y a tellement de choses à améliorer pour que ça soit plus simple, moins au petit bonheur la chance. Je vous trouve vraiment gonflé de dire que les états d’âme des artistes/groupes n’intéressent personne ! Où est-ce que vous avez trouvé cette statistique ?
      Ce qui fait cruellement défaut à votre article qui aurait pu être un article intéressant, ce sont des sources. Là, ce n’est qu’un ramassis de on-dit pour défoncer un stéréotype sociologique.

      • « Des amateurs peuvent tomber dessus et voir dedans que le statut de musicien amateur n’est qu’une case départ qu’il faut absolument quitter si l’on veut être crédible dans le milieu de la musique. »

        >> Parce que vous comptez devenir « crédible » dans le milieu de la musique sans jamais vous professionnaliser ?
        L’amateurisme n’est en rien quelque chose que je méprise ou que je considère comme un échec. Mais si on cherche à se professionnaliser, il faut savoir ce qu’on veut. On parle d’entreprenariat musical ici, ce qui demande de se former et de considérer bien plus de choses qu’en étant amateur.
        Je peux que vous recommander ces 2 articles :
        http://marketingmusical.fr/marketing-traditionnel-musique-artiste/
        http://marketingmusical.fr/avenement-musicpreneur/

        « tous les artistes ne sont pas égaux face à l’entreprise de devenir professionnel »

        >> Tout à fait d’accord. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai rédigé cet article : http://marketingmusical.fr/reussir-dans-la-musique/

        « Ce qui fait cruellement défaut à votre article qui aurait pu être un article intéressant, ce sont des sources. »

        >> Je travaille tous les jours avec des dizaines d’artistes émergents ou établis et des dizaines de milliers de musiciens suivent Marketing Musical chaque mois. Ce stéréotype est une réalité que tous les musiciens en développement peuvent observer au quotidien dans leur scène locale ou en ligne. C’est d’ailleurs pour cela que cette vidéo et cet article sont parmi ceux qui sont les plus appréciés de la communauté de Marketing Musical.
        Dommage que vous vous sentiez attaqué par un article qui ne vous ait pas destiné. Tôt ou tard, vous verrez que ce stéréotype est bel et bien présent dans l’industrie. En attendant je vous souhaite une bonne continuation.